Petites pensées sur l’humble métier de potier

D’abord, élever la forme. L’eau se mêle à la terre. Sentir le centre de gravité. Contrer la force centrifuge. Jouer avec les limites du déséquilibre. Ensuite, patienter, observer. L’air sèche la terre. Puis, baignée ou aspergée d’émail, la pièce se revête d’une solution minérale et métallique que seul le feu en révélera sa vrai nature. Enfin, le feu, qui n’est en fait qu’un « accident ». Il transforme la matière le temps d’une cuisson en reproduisant ce que la nature a réalisé durant des millénaires. De ces quatre éléments pourtant si communs, en résulte une équation si complexe qu’il serait arrogant de vouloir la maîtriser.

C’est l’art de jouer avec l’imprévu.

Laissez un commentaire

© 2014 Atelier C - Eric Faure